dimanche, 25 juillet, 2021
AccueilÉconomieBusinessLe Nigeria et le Maroc s'associent pour construire une usine d'engrais pour...

Le Nigeria et le Maroc s’associent pour construire une usine d’engrais pour 1,3 Milliard de Dollars

ABUJA- LE PRÉSIDENT Muhammadu Buhari a déclaré hier qu’une nouvelle plate-forme de produits chimiques de base d’une valeur de 1,3 milliard de dollars qui produira de l’ammoniac et des engrais au Nigéria sera prête à être mise en service dans les mois à venir.

S’exprimant lors d’une audience avec l’Association des producteurs et fournisseurs d’engrais du Nigéria, FEPSAN, le président Buhari a déclaré que la nouvelle usine serait construite en partenariat avec le Royaume du Maroc.

Le président dans une déclaration publiée par son conseiller spécial pour les médias et la publicité, le chef Femi Adesina à Abuja a cité le président comme disant: «  Sa Majesté, le roi du Maroc et moi-même, avons convenu de prolonger l’accord actuel de fourniture de phosphate entre le Royaume. du Maroc et du Nigéria.

«Nous pensons tous les deux que pour consolider et développer les succès enregistrés jusqu’à présent, nous devons sécuriser l’approvisionnement en matières premières de nos mélangeurs.

 » En outre, pour améliorer la balance commerciale entre le Nigéria et le Maroc, les deux pays ont signé un accord pour développer une plateforme de produits chimiques de base de 1,3 milliard de dollars au Nigéria qui produira de l’ammoniac, de l’acide phosphorique, de l’acide sulfurique et divers azote, phosphore et potassium ( NPK) et les engrais au phosphate de diammonium (DAP) utilisant les réserves de gaz du Nigéria. »

Le président Buhari a ajouté que la nouvelle usine, une fois achevée, compléterait les installations existantes de Dangote et d’Indorama Chemicals qui produisent de l’urée, de l’ammoniac et d’autres matières premières industrielles.

« Lorsque nous combinerons ces projets avec les 44 usines de mélange existantes, le Nigéria deviendra en effet une centrale électrique régionale et mondiale pour les engrais », a-t-il déclaré.

Concernant les activités de la FEPSAN, le Président s’est réjoui des progrès qu’ils ont réalisés au cours des cinq dernières années, affirmant que malgré le pays traversant des récessions au cours de la période, les investissements dans le secteur des engrais et des intrants agricoles ont continué de croître.

Il a déclaré: «Bien que de nombreux investisseurs aient choisi de retirer leur argent du Nigéria, vous avez continué à investir. Aujourd’hui, nous voyons les fruits de vos décisions intelligentes, à long terme et patriotiques.

C’est pourquoi tous les Nigérians devraient être fiers des engagements personnels et des sacrifices que vous avez tous consentis pour nous amener là où nous en sommes aujourd’hui.

 » Un autre trait louable qui mérite d’être mentionné est que tous vos investissements ont été équilibrés entre le Nigeria urbain et rural. Ce sont les types d’investissements nécessaires pour relever les défis du chômage et de la sécurité auxquels notre pays est confronté aujourd’hui. »

Il les a assurés que le gouvernement fédéral continuerait d’assurer un environnement commercial propice à l’épanouissement de ces investissements.

Sur la question de la sécurité, le Président s’est dit préoccupé par le fait que le manque de perspectives d’emploi et d’opportunités dans la plupart des communautés rurales était resté un facteur majeur d’insécurité.

Il a noté que pendant des décennies, les politiques gouvernementales précédentes se sont concentrées sur le développement urbain au détriment de l’inclusion rurale.

«Au cours des quatre dernières années, nous avons travaillé dur pour combler certains de ces déséquilibres économiques grâce à nos diverses politiques agricoles et financières afin d’attirer des opportunités d’emploi dans les zones rurales.

 » Alors que nous continuons d’étendre nos opérations de sécurité pour mettre fin à ces défis, il est important de noter que la paix et la prospérité ne peuvent être maintenues que si nous soutenons collectivement et activement les investissements qui profitent des opportunités à nos citoyens ruraux.

 » J’exhorte donc nos gouverneurs, banquiers, investisseurs et entrepreneurs à regarder au-delà de nos villes lorsqu’il s’agit d’investissements.

«  Comme nous l’avons vu lors de la révolution des engrais de 5 ans au Nigeria, si les investisseurs sont prêts à endurer les difficultés de démarrage à court terme, ils bénéficieront sûrement de gains durables et substantiels à long terme  », a-t-il déclaré.

Le président a félicité le gouverneur Muhammad Badaru Abubakar de l’État de Jigawa, M. Thomas Etuh et son équipe FEPSAN, la Banque centrale du Nigéria, la Nigeria Sovereign Investment Authority, les agences de sécurité et de renseignement et toutes les agences gouvernementales fédérales et étatiques pour leur collaboration pour rendre le projet possible. .

 » Je profiterai également de cette occasion, au nom des Nigérians, pour remercier mon frère et ami, Sa Majesté, le Roi du Maroc, d’être avec nous au cours de ce voyage difficile mais passionnant.

« Ce partenariat mutuellement avantageux entre nos deux pays est un véritable exemple de la manière dont le commerce et le partenariat intra-africains devraient fonctionner », a-t-il déclaré.

Dans ses remarques, M. Thomas Etuh, président de la FEPSAN, a raconté que lors de leur première rencontre avec le président il y a cinq ans, il avait donné à l’association une mission de réduire la dépendance du Nigéria à l’importation, d’améliorer la disponibilité et l’accessibilité des engrais et de créer des emplois sur une période de 4 ans. .

«Aujourd’hui, 4 ans plus tard, Monsieur le Président, je suis fier d’informer Votre Excellence, et en fait tous les Nigérians, que cette mission est accomplie», a-t-il déclaré.

Etuh a déclaré au président que sur 3 usines de mélange fonctionnant à 40% de leur capacité en 2016, le Nigéria compte aujourd’hui 44 usines de mélange, dont la plupart fonctionnent à pleine capacité.

 » De nous concentrer sur un mélange d’engrais (NPK20: 10: 10) en 2017, nous avons aujourd’hui un nombre incalculable de mélanges spécifiques aux cultures à travers le pays.

«Dépendant des importations, plus de 60 pour cent des matières premières utilisées dans la production d’engrais sont aujourd’hui d’origine locale.

 » De la rareté des engrais qui a conduit au rationnement, tout agriculteur peut aujourd’hui acheter autant de sacs qu’il le souhaite.

 » En fait, certaines associations d’agriculteurs donnent même des commandes personnalisées pour leurs cultures spécifiques. Au nom des agriculteurs nigérians, nous souhaitons remercier M. le Président de les avoir responsabilisés  », a-t-il déclaré.

Le leader de la FEPSAN a ajouté qu’étant un secteur non bancable au bord de la faillite, les membres de l’association au cours des 3 derniers mois seulement ont pu lever des garanties bancaires et des financements de près de 100 milliards de nairas.

 » Monsieur le Président, il y a à peine 4 ans, la FEPSAN mendiait de l’argent. Aujourd’hui, Monsieur, les banques nous supplient de prendre leur argent  », a-t-il déclaré.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

AUTRES ARTICLES